Neumeier NIJINSKY

 

 Le regard d’Erik alla alternativement de Julian à Michael. Celui-ci continuait de faire bonne figure mais il ne fallait pas, manifestement, lui en demander trop. Il devait tenir énormément à Julian.

- Bilitis, la chorégraphie est faite.

- C’est bien ! J’en suis heureux, tu sais !

Rapidement, Erik exposa son travail : toutes ses notes chorégraphiques, la mise en scène du ballet, les indications de décors et de costumes. Il avait eu recours au système de notation de NIjinsky, chaque note correspondant à un mouvement du danseur. Assis à côté de Julian, Michael parut très impressionné ; Il n’avait jamais vu un pareil travail.

- Deux scènes ?

- Oui. Seize minutes. C’est court.

- Mais l’argument est bref.

- C’est sûr. Dans la première scène, Bilitis et son berger partagent l’amour et la jeunesse  dans les îles vertes de la Grèce. Dans la seconde, Bilitis et sa jeune amante partagent tristesse et plaisir. J’ai trouvé la danseuse. Elle s’appelle Grace Hayes. Elle ressemble beaucoup à Romola !

Ce détail fit sourire Julian :

- Mais quand présenteras-tu ce ballet ? Tu ne le sais pas ! Elle attendra ?

- Oui. Je te l’ai dit : elle ressemble à Romola de Pulsky. Elle sait ce qu’elle veut. Je travaille avec elle. Je la connais…Elle attendra ! Elle est très impliquée. C’est un ballet qui a été conçu en 1918, à Saint-Moritz sur une musique de Claude Debussy mais rien n’a pas pu se faire. Il y avait toutes ces phrases du Journal, la folie, la peur de la mort.

- Et les autres, l’amante et le berger ?

- Euh, je ne sais pas encore mais à l’école de danse qui est liée au corps de ballet, il y a beaucoup de très bons danseurs. J’y ai enseigné, je les ai vus.

Erik, qui paraissait très animé, marqua soudain un long silence. Julian lisait un à un les feuillets du dossier qui lui avait été confié et Michael lisait aussi. Au bout d’un moment, le danseur reprit :

- Tu sais ce qu’elle a dit concernant la musique de Debussy?

- Non.

- Dans un des livres qu’elle a écrit sur son mari, elle a fait la remarque suivante : « La chorégraphie de Nijinsky épousait étroitement le mouvement de la musique, mélange de sensibilité délicate et de molle perversité ».  Elle a déclaré ça en 1934 et des années après, je ne parviens pas à penser comme elle. C’est un mouvement de l’un à l’autre, comme dans Jeux mais je ne vois pas de perversité. Le spectateur ne devra en trouver dans le ballet que je lui présenterai, du moins je l’espère.

Il se mit au piano et au fur et à mesure qu’il joua la partition de Debussy, il expliqua de nouveau ce qu’il voulait faire. Tandis que Julian écoutait avec attention et préparait ses remarques, Michael changeait d’attitude. Il restait craintif et conscient de ses limites mais l’admiration qu’il commençait à éprouver pour le danseur le rendait plus circonspect. Il ne pouvait en vouloir à Julian de l’avoir convié à New York quand une si belle œuvre semblait naître et il comprenait qu’une entente forte soit restée vivante entre eux. Si Erik était là, c’est parce qu’il attendait que Julian lui donne la force d’affronter une chorégraphie difficile et une promesse à tenir. Ce que son ami lui avait laissé entendre, alors qu’il regimbait à le recevoir dans cet appartement qu’ils partageaient, devenait maintenant plus clair.

- Pour les décors ?

- Je vais te montrer ce à quoi je pense.

Il y avait des esquisses mais Julian, qui ne paraissait pas convaincu, alla chercher de quoi dessiner et Michael, stupéfait, assista à un long dialogue et à de longues recherches. Souvent Erik fronçait les sourcils mais son ami ne désarmait pas. Il avait dû en être ainsi, à Londres, quand ils travaillaient ensemble. Chacun trouvait sa sève dans l’autre…

Ils parlèrent aussi des costumes et revinrent à la distribution. Erik avait avec lui des photos de danseurs susceptibles de convenir aux rôles dont plusieurs de la fameuse Grace Hayes. Julian faisait ses choix, Erik les siens mais ils ne se disputaient pas.

- Il y a de très bons danseurs au New York City ballet !

- Mais je suis à Toronto. Je connais ceux dont je te montre les photos ;

- Mais tu feras peut-être des tournées. Tu seras amené à travailler avec d’autres danseurs !

- Ce sera avec le Ballet national du Canada.

 - On te propose d’être directeur artistique ?

- La demande est imminente.

-Accepte.