220px-Paquita_-Lucien_d'Hervilly_-Mikhail_Fokine_-circa_1905

 

Michel Fokine naît en 1880 à Saint Petersbourg. Elève de l'école impériale, comme Nijinsky, il fait ses premiers pas dans un spectacle de l'école, à dix ans. Il entre dans la troupe du théâtre Mariinski et devient soliste en 1898 puis premier danseur en 1908. A partir de 1902, il donne également des cours à l'école impériale. Très attitré par la chorégraphie, il est ouvert à tout courant nouveau (Isadora Duncan en représente un) sans pour autant délaisser la danse classique et l'héritage de Marius Petipa. 

C'est évidemment sa rencontre avec Serge Diaghilev qui marque un tournant dans sa vie et sa carrière. En travaillant pour les Ballets russes, Fokine concrétise son désir de faire du neuf. Il a à sa disposition de très grands interprètes tels Nijinsky, Anna Pavlova ou Tamara Karsavina. La Mort du cygne, Sheherazade, le Spectre de la rose, Petrouchka mais aussi l'Oiseau de feu ou les Sylphides comptent parmi ses plus célèbres chorégraphies.

FOKINE

Quand vient sa séparation d'avec les Ballets russes, Fokine  se promène beaucoup en Europe où il travaille pour différentes troupes. Il part aux Etats-Unis où il crée sa propre troupe. Celle-ci ne rencontre pas le succès. Il travaille alors pour l'Américan Ballet theatre après avoir fait un détour vers les Ballets russes dits de Monte Carlo, à la fin des années trente. Il meurt en 1942 après avoir signé quatre vingt six ballets.

Fokine est approché très tôt par Erik Anderson alors qu'il tente le concours d'admission du Ballet royal danois. Ensuite, Erik danse Le Spectre de la rose et Sheherazade, à New york pour le New York City ballet  puis en Californie pour le film "Le Danseur". Il est sensible à l'esthétique du chorégraphe et à la création de cet étrange personnage androgyne qui est au centre du "Spectre de la rose".