jeune-fille-d-apres-marie-laurencin_500x500

 

Dans la famille de Louise, jeune pianiste qui veut faire une belle carrière, il y a eu une danseuse russe.

Ce fut elle qui m'en parla.

-Olga ! Une danseuse, une artiste !

En me parlant d'elle avec respect, ma cousine m'apprit que je ressemblais à cette Russe dont pourtant, je ne savais rien !

Elle fut directe. Elle connaissait bien l'aversion de ma famille pour les arts, sauf quand, sous forme de toile ou de sculpture, il pouvait apporter de l'argent. Il fallait des ingénieurs, des médecins, des pharmaciens, des juges mais pas de peintre, de sculpteur, de musicien.A sa connaissance, il n'existait qu'une exception. Un oncle lointain qui était tombé amoureux fou d'une danseuse classique et l'avait épousée. Avant son mariage, elle répondait au nom d'Olga Otchenska. D’elle, elle pouvait signaler la grande beauté et le talent. Bien sûr, le mariage venant, Olga n'avait plus dansé. Elle avait pris le nom de Despentes et rencontré ma bourgeoise et étriquée famille...A priori, ce mariage n'avait pas été viable très longtemps mais qu'importait ! Il avait, selon elle, semé une zizanie profitable ! L'art était entré dans la famille. Cet oncle inconnu qui avait aimé cette danseuse, elle, Jeanne Despentes qui adulait la tragédie classique et moi, la concertiste ! Ah, quel pied de nez !

A vrai dire, cette Olga m'attirait mais rien à faire. Ma cousine ne me disait rien de plus, alléguant que, de toute façon, elle en savait fort peu sur elle. Je cherchais un peu de mon côté. Tout de même, cette Olga avait travaillé pour Diaghilev...Formée à la rude école de la danse classique, elle devait être plutôt brillante pour le maestro Cecchetti l'ait engagée. Elle avait côtoyé Vaslav Nijinsky et Tamara Karsavina. Elle les avait vus s'entraîner et à défaut d'être remarquée, elle s'était trouvée sur scène avec eux. C'était merveilleux d'y penser !

Mais pour le reste, rien. Demander à ma famille restreinte ou élargie m'aurait conduite à une série de refus polis et quant à Jeanne, comme je l'ai dit, elle ne voulait rien dire.