30 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Erik et sa mère. New York. 1986.

    Erik reçoit sa mère à New York. elle adore tout ce qu'elle voit.. Il lui dit de lui parler en danois tout autant qu'en français et elle le fit. Les inflexions du danois lui manquaient et sa nostalgie, qu'il ne définit pas vraiment, émut sa mère. - Tu te souviens, ta méthode pour apprendre le danois quand tu es arrivée à Copenhague. Tu m'as lu les phrases... » Han er glad » pour « je suis content » et « han er amerikansk » pour « je suis américain ». C'est moi,... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Claire et Erik, son fils.

    Erik reçoit sa mère à New York. elle adore tout ce qu'elle voit..  Puis sa mère voulut le voir. Elle lui manquait infiniment, celle qu'il voyait encore comme la jeune femme de son enfance, jolie et têtue. Elle n'aimait pas mentir, il adorait cela chez elle et elle était  tendre, avisée, bavarde souvent et observatrice. On était mai 1986. Il alla la chercher à l'aéroport Kennedy et quand il la vit apparaître, en jeans, avec une belle veste de demi-saison prune et rose, des bottines au pied, il la trouva si... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Une vengeance annoncée.

  Julian annonce à Erik que, d'une  façon ou d'une autre, il se vengera de lui. Tout au désir qu'il inspire  à la ballerine Jennifer et aux répétitions du Sacre  du printemps, qui s'annoncent, Erik n'y prend pas garde...   En septembre 1986, il reçut avant que la saison ne reprenne, un court message de Julian. Depuis quelques jours, il pensait à celui dont jusqu'ici il avait écarté le souvenir et une inquiétude sourde s'était installée en lui. La lettre lui parvint chez lui, preuve que le décorateur... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2019

Erik.N.Partie 2. Répétitions du Sacre du printemps et rencontre avec Clive.

  Alors que commencent les répétitions du Sacre du printemps, au New York City ballet, Erik fait une rencontre fortuite. Ce pourrait être une liaison épisodique... Quand les répétitions se firent en costumes et avec les maquillages, elle vit Erik en collant et justaucorps chair, comme elle, le visage marqué de traces rouges et jaunes. Tous les danseurs avaient des peintures de visage, les hommes comme les femmes. Certains costumes étaient vert pâle ou vieil or, d'autres rouges ; certains danseurs étaient torse nus. Le... [Lire la suite]
25 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Clive, en marge de la danse.

  Erik, seul depuis des mois, se laisse tenter par Clive, "un homme ordinaire"...  Il en devint si tendu qu’il en devint irritable sans motif puis, au moment où il finissait par se dire que Julian avait parlé dans le vide, il les rencontra l’un après l’autre. C'était un dix octobre, il s’en souvint longtemps et il déjeunait dans le Bronx loin des beaux quartiers dans une cafétéria bondée, proche d’une exposition qu’il voulait voir. Clive avait la quarantaine bien entamée et l’allure d’un cadre moyen fatigué. Il était... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Clive, l'amant et le piège.

  Clive, rencontré fortuitement, se révèle double  et cruel : il est l'envoyé de celui qui  se venge. L'outrage est renvoyé...    A peu de temps e là, Clive devint insistant. Le faire à trois lui paraissait inévitable. A chaque fois, Erik éluda et Clive n'insista pas trop. Conscient qu'Erik n'aimait pas qu'il fût vulgaire, il se contrôlait. Physiquement, ils étaient très ajustés. Clive était parfois brutal mais dès que son jeune amant lui demandait de se modèrer, il obtempérait. Après toit, Cet... [Lire la suite]

25 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Le piège et la douleur.

  Julian Barney a piégé son ancien compagnon, Erik et il compte bien, le reconvoquant, savourer sa  victoire...   Comme Erik ne disait rien, il en éprouva une joie secrète car son jeune amant avait l’air abattu, et poursuivit : - Je n’y étais pas dans le Bronx. J’ai regretté tu sais mais on ne peut pas être partout ! On y va, là. Tu n’y vois pas d’inconvénient ? Il restait moqueur mais le danseur se taisait, offrant un profil pur et douloureux. Julian risqua encore : - C’est bien, Erik.... [Lire la suite]
25 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. La mort de Mads.

    Au Danemark, très jeune, Erik a été aimé de Mads Hansen et l'a peut-être aimé aussi. La mort de Mads a été brutale et Erik s'en est senti responsable avant de vouloir oublier... - Il est mort à cause de moi. C’est vrai ! C’est vrai !  Je l’ai rencontré avant Sonia mais pendant un moment, je les ai vus conjointement, très peu de temps en fait. Tu te souviens de Cristiana ?  Maintenant, c'est un quartier très refait, plus à la mode. Il ne l'était pas tant que cela quand je me suis mis à y... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Erik. La maladie et le miroir.

  Erik, le danseur, refuse tout amour et tout aide. Il lui tardait de rentrer à New York et le vol du retour lui parut interminable. N'osant affronter d'emblée une réalité qu'il savait douloureuse, il se rendit d'abord dans son logement d'emprunt, l'appartement de sa mère et de là il téléphona en vain. Erik ne décrochait jamais et semblait indifférent au répondeur. Julian eut l'image du miroir que le danseur lui avait offert. Tous deux y contemplaient leur image et c'était comme un jeu de la vérité. Le visage de celui qui... [Lire la suite]
25 novembre 2019

Erik.N. Partie 2. Erik désorienté.

  La brutale vengeance de son ex-compagnon Julian Barney laisse Erik désemparé. Crépusculaire, il danse et souffre...   Il fut triste d'emblée et cela se vit. Le lendemain du rendez-vous, il était aux entraînements puis il répéta. Il ne regardait pas sa montre. Il évitait de penser. Les jours suivants, il fit de même. Le midi, il prenait un en-cas avec des danseurs, et le soir, il rentrait en bus, car c'était plus long et qu'il appréhendait de se retrouver seul. L'automne semblait déjà fini, à croire que l'hiver... [Lire la suite]