ETRANGE 3

 

Pourtant, en janvier, Niels ne se réinstalla que brièvement chez Daniel. Il voulait partir sur la côte ouest. Ce n'était pas un désir vain. Puisqu'on l'avait évincé d'une très grande compagnie, qui lui garantissait qu'il pourrait travailler longtemps pour une autre troupe. Soucieux de se ménager un avenir, il partit vraiment...

-Je quitte New York. J'aurais un engagement pour le Ballet de San Francisco.

-Comment cela ? Mais pourquoi ?

-Tu savais bien que je n'avais plus rien de concret à New York.

-Mais à l'ouest ? Tu n'es sûr de rien...

Dans l'appartement, ils parlaient un peu et faisaient l'amour avec intensité. Ils se jetaient l'un contre l'autre, poursuivant une jouissance presque bestiale qui, à coups sûrs, venait. Mais une forme d'étouffement l'accompagnait...

-Et comment ferais-je pour te voir ?

-Mais tu viendras !

-La Côte ouest !

-Mais oui.

Webster, en colère, menaça :

-Quand tu étais ici si docile, j'ai écrit sur nous. Je vais reprendre mon texte.

-Tu vas lui donner cette fois une forme réaliste ?

-Je pense, oui.

-Et tu feras passer ça pour du vécu ?

-On ne me croira pas, Niels, mais un réalisme presque méticuleux peut donner un éclairage très particulier à notre histoire...

-Où on essaiera de faire le lien avec un vrai danseur et un écrivain solitaire...

-Ce n'est pas un risque  ! Qui croirait cela ? Et de toute façon le roman n'est pas encore écrit...

-Oh alors mets toi au travail et tiens-moi au courant !

-Bien sûr.

Tout était amer. Niels s'en allait.