mikhail-baryshnikov-9201142-2-402


Il se souvient sur PBS : "Mes parents étaient des gens honnêtes. Ma mère était merveilleuse, très simple, talentueuse, adorable ; elle m’emmenait au cinéma voir Charlie Chaplin, Fred Astaire, au musée et au ballet. Je suis tout de suite devenu accro. Les enfants sont de drôles d’animaux. J’étais un gamin heureux parce que j’étais tombé amoureux de l’univers du théâtre. Quand je suis parti de chez moi pour Saint-Pétersbourg, vers 16 ans, je savais exactement ce que je voulais faire. À 20 ans, avec du recul, j’ai réalisé à quel point cette existence en Lettonie occupée était misérable, on vivait dans un grand mensonge. Mes parents avaient été envoyés à Riga après Yalta ; ils ont passé des années dans un pays dont ils ne connaissaient pas la langue sans vraiment savoir pourquoi. Mon père, un colonel totalement stalinien, enseignait la topographie aux espions ! Quand Staline est mort, j’avais 5 ans, il a pleuré pendant des jours. Ça l’a anéanti. (...)"