mf enfant

Evoquer de grandes danseuses ? Oh, je sais le faire même si, je ne sais pourquoi, ce sont les danseurs qui me fascinent. Il me faut faire des choix. Je vais donc prendre le soin de me pencher sur une légende en parlant de Margot Fonteyn. Et je parlerai ensuite d'une autre danseuse. 

Margot , dès l'abord, paraît conventionnelle. En 1919, elle naît dans la campagne anglaise, au sein d'une famille qui a quelques biens. Elle est née Margaret Hookham à Reigate, dans le Surrey, d'un père britannique et d'une mère brésilo-irlandaise. Très tôt dans sa carrière, Margaret changera son nom de famille "Fontes" en "Fonteyn" (un nom que son frère adopta également) et son prénom, Margaret en Margot. Elle commençera la danse à l'âge de 4 ans lorsque sa mère l'inscrira, elle et son frère, à des cours de danse classique. 

Cette petite enfance, encore obscure, me fascine déjà. Regardez cette petite fille qui obéit à une impulsion et veut danser. Bien sûr, on peut comprendre qu'elle obéit à une mère intense et artiste ou se conforme à un idéal bourgeois qui veut que les petites filles deviendront plus gracieuses jeunes filles si la danse les a formées. Port de tête, minceur, recherche d'une grâce parfaite dans les mouvements, élégance de la silhouette.  Peut être que restant dans le Surrey entre le très anglais géniteur et la plus double génitrice, Margot suit la ligne toute tracée de l'éducation parfaite donnée à une jeune fille parfaite et se marie, menant une vie d'épouse gâtée.

Mais Felix John Hookham et Hilda Fontes Hookman changent de monde. Quand l'enfant à huit ans, ils partent en chine. Avec son frère, celle qui deviendra Margot découvre Tsientsin et Changaï. Elle mène là une vie différente. Et continue de danser...

MF EN CHINE

Pourquoi ne le ferait-elle pas ? En Chine, se sont réfugiés de grands danseurs russes qui sont heureux de montrer leur art. Bien avant la rencontre avec Rudolph Noureyev, le Tatare magnifique transfuge du Kirov, voilà la jeune Margot aux prises avec ses professeurs qui lui ouvrent un monde où Petipa e jeté ses marques. Tout un répertoire bien sûr et le feu, la flamme russe...

J'avoue que je me perds dans mes rêves. Cette jeune margot ivre de joie, sa mère artiste, ses professeurs inattendus et au milieu de tout cela, la Chine. Elle y reste cinq ans. Pas assez pour ne plus se  réadapter à l'Angleterre où sa famille se réinstalle mais suffisamment pour garder le goût des terres différentes et des univers déroutants...

En 1933, à l'âge de quatorze ans, elle intégre la Royal Ballet School. A Londres, elle est revenue avec sa mère...La Chine a-t-elle pesé sur le couple parental? Tout était il joué d'avance? Je ne trouve rien là-dessus. Et du reste, est-ce le sujet?