john

La séparation d’avec Neumeier fut difficile pour le danseur. Il venait d’aider le maître dans son dernier opus, un Romeo et Juliette qu’il remaniait sans cesse. Lui-même, bien plus jeune, avait été ce beau Romeo. Jusqu’aux derniers jours, ils ne cessèrent de se parler. Pour John, Erik ne pourrait jamais se passer de Nijinsky. Leurs deux vies étaient mêlées, même si le danseur pouvait être amener à danser loin de lui. C’était d’ailleurs le cas. Else venait l’appeler. Elle avait fait, à Berlin, la connaissance de Sasha Waltz, une chorégraphe et danseuse qui avait été formée à Amsterdam à la New Dance Development. Elle était jeune et très créative. Elle avait travaillé aux Etats-Unis où elle s’était intéressée aux échanges interdisciplinaires entre les arts. Elle était arrivée depuis peu en Allemagne et Else pensait qu’Erik aurait tout intérêt à la rencontrer. S’il cherchait de nouveaux axes, de nouvelles sources d’inspiration, c’était le moment.

En attendant, le danseur passait ses derniers jours en compagnie de Neumeier. Celui-ci connaissait son projet new-yorkais et il n’était pas inquiet mais Erik, lui, se sentit mélancolique. Ces deux années dans cette ville du nord de l’Allemagne lui resteraient en mémoire. L’ambiance de la ville, le théâtre, les salles de répétition, tout ce que ce chorégraphe américain avait mis en œuvre et la présence de Chloe aussi, et son courage. Pour Berlin, elle n’était pas enthousiaste. Elle céda pour Else avec laquelle elle s’entendait bien. Elle savait que tôt ou tard elle rejoindrait la Californie et qu’une fois de retour, elle risquait de faire peu d’incursions en Europe. Alors, autant voyager encore !