17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Erik le danseur face aux mots de Nijinsky.

   8. Debussy a déclaré que Diaghilev avait usé de tout son charme pour obtenir de lui la musique de Jeux mais sur moi, il n'a eu que des paroles moqueuses : Je ne suis pas homme de science ; je suis donc mal préparé à parler de danse, puisque aujourd'hui on ne saurait rien dire de cette chose légère et frivole sans prendre des airs de docteur. Avant d’écrire un ballet, je ne savais pas ce que c’était qu’un chorégraphe. Maintenant, je le sais : c’est un monsieur très fort en arithmétique ; je ne suis... [Lire la suite]

17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Journal de Nijinsky et lettres. Errances.

  20. 1916. États-Unis. Diaghilev m'a fait confiance de nouveau après une brouille sévère qui l'a déchirée lui comme moi. Je me suis produit à l'opéra de New York et dans d'autres villes. Il y a eu des moments extraordinaires. En Californie, Chaplin est venu me voir dans ma loge. Je parlais avec lui et ça ne cessait pas. Serge est venu plusieurs fois me dire d'entrer en scène car le public devenait fou ! Mais moi, ça m'a fait rire. Chaplin avait l'air surpris. J'ai continué de lui parler. Je lui ai dit « oh, vous... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Nijinsky : le journal.

  26 Je me suis dit que j'étais Nijinsky et que n'importe quelle compagnie internationale m'engagerait immédiatement. J'ai eu un contrat de deux mois pour Londres. Bien payé. Mais les ennuis se sont accumulés : j'ai engagé des danseurs que j'ai fait venir de Russie. Ma sœur et mon beau-frère m'ont aidé. Seulement, ce n'était pas un théâtre mais un music- hall : les ballets devaient être entrecoupés de numéros de variété ! Bronislava qui devait danser a dû renoncer car on ne lui donnait de permis de travail.... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Dire Nijinsky...

    Sur le tournage du film sur Nijinsky, le danseur Erik Anderson est traversé par l'angoisse. Les mots du Journal du grand danseur russe le hante autant qua sa vie déchirée. Il avait cru qu’il y parviendrait et ces textes, au début, ne lui avaient pas résisté. Ils le faisaient maintenant et ils le torturaient. Devait-il tomber malade physiquement ? Devait-il devenir dépressif ? Serait-il plus proche de Nijinsky ? Et fallait-il être plus proche de lui ? Est- cela que les spectateurs... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Dire "Nijinsky". Angoisse.

      - Erik ? Le danseur le regarda : l’angoisse l’avait envahi. - Quoi « Erik » ? Ils t’ont envoyé en émissaire ? - Non, écoute-moi. - Je vous écoute tous et rien ne vient. Ces textes me font peur. C’est insoutenable. - Tu n’es pas acteur. Je comprends que tu aies peur mais tu t'approches de Nijinsky. Il ne se dérobe pas, ne crois pas cela. Erik eut un rire cruel : - C’est ça, de la psychologie ! - Mills dit que tu n’es pas mauvais. C’est une question d’intensité.... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Tournage et lassitude. Avant d'écrire.

  Les aléas du tournage avaient été tels qu'il devenait urgent de quitter l'hôtel de la production où ils s'étaient beaucoup débattus pour un endroit plus serein. Julian trouva un hôtel était luxueux, petit, très cher et magnifique en tout point. C'était un décor de théâtre si parfait avec ces lustres, ces marbres et ces draperies qu'on se demandait si on ne pourrait se remettre d'une telle perfection. Il y loua une suite et les deux pièces qui la composaient étaient exquises. Le blanc et l'or dominaient. Le mobilier était... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Aller chercher Kyra.

     Conscient des difficultés qu'il éprouve en tournant un film sur sur le grand danseur russe, le danseur Erik Anderson fait une pause et écrit:   « Ce que je tourne »  par Erik Anderson   Scène 1. Je figure Nijinsky qui ne comprend pas la réaction de Diaghilev suite à l'annonce de son mariage avec Romola. C'est une scène muette tout en violence. Mon visage doit exprimer des émotions intenses, allant de l'incrédulité à l'abattement et au désespoir. Le travail est intérieur. Pas... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Kyra Nijinsky et les mots de son père. Folie et sincérité.

   JOURNAL DE NIJINSKY « J'ai pris un bon déjeuner parce que j'ai mangé deux œufs mollets et ai fait frire des pommes de terre et des haricots. J'aime des haricots, seulement ils sont secs. Je n'aime pas les haricots secs, parce qu’il n'y a aucune vie en eux. La Suisse est malade parce qu'elle est pleine des montagnes. Beaucoup de personnes de la Suisse sont sèches car il n'y a aucune vie en elles. J'ai une domestique sèche parce qu'elle ne se sent jamais bien. Elle pense beaucoup parce qu'elle a été desséchée dans... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Retour à Los Angeles pour le tournage. Erik et Kyra Nijinsky.

    C’était les mots d’un homme qui perd la raison. Perdre. La. Raison. Ça  pouvait se mettre en équation avec devenir fou. Trouver. La. Folie. C'était ce qu'il voyait car le Danseur, il le savait, avait cherché à ce que rien ne lui échappe. Et tout était parti. Il n'avait trouvé que les ténèbres. Il devait être à bout nerveusement et sans cadres. L'Ecole impériale lui en avait donné un et même s'il était impitoyable, il l'avait maintenu debout. Les Ballets russes l'avaient mis au-devant de la scène et il avait... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2017

Erik.N. Partie 3. Retour sur le tournage.Les angoisses de Kyra.

  En chemin, Erik lui dit que ses demandes avaient été reçues. Elle verrait elle-même qu’on l’avait écoutée. Il lui confia aussi avoir beaucoup relu le Journal de son père, avant de venir. Elle fut presque véhémente : -  Mon père, à la demande des médecins suisses, a rédigé un journal de janvier à mars 1919. Il y a consigné ses pensées. Vous savez, ce texte l'a authentifié comme authentiquement « fou » ! Il existe pourtant une « culture » de la maladie psychique mais voyez-vous, on ne citera... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :