26 août 2020

Erik.N. Partie 4. Erik et Rob Williamson.

    Erik retrouve à New York le photographe californien Rob Williamson. Celui-ci l'interroge sur ses amours triangulaires.... Le grand photographe regardait Erik avec désir et fascination, revoyant les entrechats, les grands jetés et les arabesques parfaites qu'ils effectuaient dans le film et son visage transformé par les fards. Quel danseur et quel beau jeune homme à l'âme pure ! - Oh, vous faites ce qu'il vous demande ! Vous lui obéissez ! - Et c'est mal, bien sûr. Vous parlez comme elle !... [Lire la suite]

26 août 2020

Erik.N. Partie 4. Quitter le New York City Ballet Et Julian...

  Erik Anderson, danseur danois des années quatre-vingt, a dansé sur de grandes scènes et conquis les coeurs. Il s'apprête à quitter le New York City Ballet où il a régné quelques temps. Il lui faut dire au revoir à ces années américaines : Jerome Robbins, Julian Barney  et la jeune Chloé. Que faire de ces amours?  Le départ d'Erik du New York City ballet approchait et Peter Martins ne désarmait pas. La prestation de son danseur dans le film faisait à la compagnie une publicité non négligeable et il était... [Lire la suite]
18 août 2020

Erik.N. Le Danseur. Partie 4. Hambourg.

    Après Copenhague, Paris, Londres et New York, le danseur Erik Anderson arrive à Hambourg. Un grand chorégraphe et un nouvel enjeu...  Hambourg, ville de la Hanse, était la cousine de Copenhague, belle, pleine de canaux, nordique par son ambiance et cosmopolite. Il ne trouva pas compliqué de s'y installer et trouva un trois pièces très clair près de l'Opéra. Il fit encadrer les dessins de Chloé, « Erik rêveur », « Le danseur alangui » et la série sur Jeux mais il leur préféra vite de petits... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juin 2020

Erik.N. Partie 6. Bilitis, Renaissance....

    Proche de la quarantaine, Erik Anderson est désormais chorégraphe à Toronto. Il rêve toujours de chorégraphier ces ballets dont Niinsky a  juste rêvé.... Les ballets des autres lui étaient d’un accès facile mais les autres, ceux qu’il s’était juré de porter sur scène, lui échappaient : Shéhérazade, Les Chansons de Bilitis,  Renaissance, Papillons de nuit.  Sauf pour le premier, il était sans solution. Il en savait trop peu. Conscient qu’il pourrait s’enliser en ne s’appuyant que sur ses propres... [Lire la suite]